l'asile.fr


Un film que vous avez aimé.

Ah non, l'original. Il avait un rythme soporifique et le suspense ne prend pas du tout parce qu'il se passe n'importe quoi.
Le remake, pas vu.


mardi
13 juin 2006 à 01:23
 
 

C'est vrai que l'original joue plus sur l'ambiance que sur le rythme, mais justement je trouve que c'est ce qu'il fallait, ça donne un coté desertique et pesant. Tu devais certainement t'attendre à autre chose, c'est le truc à ne pas faire pour apprecier un film, pour moi le mieux c'est de laisser ses spéculations au vestiaire et d'essayer d'identifier ce que le réalisateur essaye de faire et quelles ficelles il a décidé de tirer. Bref, replacer le film dans son genre et son contexte. J'ai un pote qui s'attend toujours à voir ça ou ça dans un film qu'il ne connait que de réputation, au résultat il est presque toujours déçu car il a passé le film à attendre quelque chose qui vient de lui plutôt que de voir ce que le réalisateur a à raconter.


mardi
13 juin 2006 à 01:35
 
 

Ben l'ambiance est plus kitsch qu'autre chose pour moi...ça m'a déçu.


mardi
13 juin 2006 à 01:50
 
 

Ah ok, tu l'as donc vu d'un angle différent que moi. La notion de Kitsh n'aurait jamais du être inventée, ça fait quelques années que l'humour s'est orienté vers la moquerie du passé. Souvent les gens croient que certaines choses sont drôles avec du recul et qu'elles étaient tout à fait sérieuses à l'époque de leur création. En ce qui concerne le domaine du cinéma, bien des gens croient que les stéréotypes de l'époque étaient dus à de la maladresse alors que dans bien des cas ces stéréotypes étaient déjà volontaires. Mais maintenant le cinéma devient beaucoup trop sérieux et cette façon de penser manque de recul et prend les réalisateurs d'avant pour des cons, par exemple les freddy (à partir du 3) sont volontairement cheap et psychédéliques, les réalisateurs se sont éclatés à les faire (sauf Wes Craven bien sûr...), et maintenant on en rigole en s'en moquant comme si on détournait le film de son but originel alors que le but de base était d'avoir peur, mais aussi de triper sur des scènes délirantes et drôles.

Si on trouve TCM kitsh c'est parcequ'il fait partie de ces films qui ont un comique bel et bien volontaire mais qui savent se montrer tout de même dérangeants, c'est à mon sens un procédé vachement habile pour jouer avec les tripes du spectateur. Un subtil mélange (au même titre que THHE et Hostel), peut être un peu trop subtil pour le cinéma d'horreur actuel qui propose trop souvent d'un coté de l'horreur humoristique et de l'autre de l'horreur malsain et sérieux. D'où les différences d'appréciation de Hostel, dont le gore ne me fait pas du tout rire, et pourtant je me suis déjà fendu la poire sur des centaines de films gores, mais celui là n'a rien à voir avec Cabin Fever, il est malsain et possède un style paradoxalement maitrisé, je dis paradoxalement car il fait petit budget au scénario mince et à la mise en scène froide et pourtant il regorge de détails qui ne sont pas laissés au hasard, sa découpe en deux partie est très net et d'ailleurs ces deux parties racontent la même chose, le commerce du corps : vu par les exploiteurs dans un cadre familier et que tout le monde banalise (La hollande et la prostitution), puis ces mêmes exploiteurs deviennent exploités dans un cadre étranger et inhospitalié (le trou du cul de l'est et le commerce de la torture*).

Exemples :
- Le couloir de l'hotel de passe du début et le couloir de l'hotel de torture, très similaires, comme si l'un était une exagération de l'autre. Où dans chaque chambre quelqu'un paye pour faire ce qu'il veut à un autre, et pour regarder il faut payer. Les cris émanants des chambres ne sont pas tout à fait les mêmes...

- La scène où l'un des trois amis n'a rien fait avec la prostitué et où ses potes lui demandent comment c'était. Cette scène trouve son echo avec la scène ou le "héro" se retrouve nez à nez avec un des tortionaires (il est bon cet acteur) qui le prend pour un des "clients" et lui demande comment c'était alors qu'il n'a rien fait non plus.

Et pour avoir aidé à la traduction des sous-titres pour frigorifix, je peux te dire qu'Hostel déborde de ce genre de parallèles et qu'il y a très peu de dialogue facultatif (d'ailleurs il y a très peu de répliques).

Mais bon en même temps ce n'est pas un film grand public contrairement à ce que la promo l'a laissé entendre, alors c'est pas étonnant de voir des gens s'être bien bidonné à le voir parcequ'ils sont habitués à ne regarder que de l'horreur à orientation comique.

Et ce n'est pas étonnant de le voir comparé à Saw alors que les deux n'ont absolument rien à voir, mais alors rien ! Saw c'est un thriller à intrigue, comme seven mais en huit-clôts, il n'est pas question de propos mais d'intrigue, c'est quand même très différent, non ? Saw est divertissant et Hostel est tout sauf divertissant, Hostel peut même être pénible à voir dans le sens où son sujet révolte. Alors que Saw c'est cool à regarder, on attend de savoir comment ça va se finir pour répondre à une question, alors que dans Hostel on a hâte que ça se finisse pour répondre à une pulsion, d'ailleurs la vengeance aurait pu être un peu plus longue car je l'ai trouvé trop expéditive.

* D'ailleurs Eli Roth voulait à la base faire un documentaire sur un vrai réseau qui offre la possibilité à quelqu'un de donner sa vie pour que sa famille ai de quoi subvenir à ses besoins en se faisant tuer par un "mécènne". La chose existe bel et bien mais Eli Roth a été découragé par son entourage de mettre le pied dans cette fourmilière. Il a donc décidé de traiter le sujet au travers de la fiction, c'est moins risqué mais le public ne semble pas avoir capté le message.


Dernière modification le 13/06/06 à 03:20 par Swan
mardi
13 juin 2006 à 02:24
 
 

Putain mais qu'est ce qui papote Swan!
C'est un pur bonheur.
Je veux le titre "Monsieur Meuble" pour le bonhomme.

Sinon, j'ai vu "un monde meilleur", un film qui plaira au Chat et à d'autres aussi.
Spacey, Cazaviel, Hunt + le chiard du 6 ème sens, ça fait un film très sympa même si un peu cucu.


mercredi
14 juin 2006 à 04:37
 
 

- mox - a écrit
...
Sinon, j'ai vu "un monde meilleur", un film qui plaira au Chat et à d'autres aussi.
Spacey, Cazaviel, Hunt + le chiard du 6 ème sens, ça fait un film très sympa même si un peu cucu.

Je note, merci.


mercredi
14 juin 2006 à 18:25
 
 

- mox - a écrit
Sinon, j'ai vu "un monde meilleur", un film qui plaira au Chat et à d'autres aussi.
Spacey, Cazaviel, Hunt + le chiard du 6 ème sens, ça fait un film très sympa même si un peu cucu.

C'est bien le film neuneu où un gosse a une super idée pour changer le monde qui consiste à aider deux personnes qui devront chacune en aider deux autres etc ?


mercredi
14 juin 2006 à 18:32
 
 

- mox - a écrit
un film qui plaira au Chat [...] un peu cucu.


C'est un film émouvant ?

Je ne me moque pas, moi aussi j'ai la larme facile au cinéma.


mercredi
14 juin 2006 à 18:42
 
 

Swan et SimOOn: oui.mais pas de quoi lacher une larme quand même.

J'ai vu "3 enterrements" de Tommy Lee Jones.
Ca ressemble a du Eastwood et c'est surpuissant.
Le plus beau film que j'ai vu cette année.

Et voici la critique hype du trou du cul de l'année: url : http://www.chronicart.com/cine/cine_ensalles.php3?id=9668


Dernière modification le 14/06/06 à 21:08 par - mox -
mercredi
14 juin 2006 à 19:05
 
 

"The Adventures of Robin Hood" : Toujours aussi bon.


samedi
17 juin 2006 à 19:10
 
 

J'ai vu the usual suspects l'autre jour : très bon film, même si je sentais venir la fin.


samedi
17 juin 2006 à 19:17
 
 

Je viens d'aller voir le Remake de "Poséidon", et franchement j'ai bien aimé. Certains effets spéciaux sont assez mal faits, mais pour le reste c'est du tout bon malgré une histoire assez convenue : les acteurs sont biens, le rythme est plutot bon et on se ronge les ongles d'un bout à l'autre du film. Un bon moment au cinéma.


dimanche
18 juin 2006 à 00:01
 
 

Running scared c'est assez sympa, surdécoupé et pleins d'effets (parfois inutiles) mais ça passe assez bien, pour une fois je trouve que ce surdécoupage est maitrisé car l'action reste bien identifiable à l'aide de cadrages plutôt bien choisis. Après c'est sûr qu'il y en a un peu trop, disons que j'ai préféré les explicatifs aux décoratifs. Les acteurs sont plutôt bons dans leur genre même s'il est difficile de se faire une idée de la densité de leur interprétation car ils sont souvent utilisés pour la même émotion, à savoir la colère. Peut être un petit bémol pour le gosse russe qui joue aussi dans godsend et l'effet papillon, généralement ça va mais il est furtivement peu convaincant, ah bah c'est un gamin.

Sinon j'ai bien aimé le coté fantasmatique de la chose, une sorte de conte moderne trash avec ses grands méchant loups et la maison en jouet (d'ailleur cet endroit est assez sick, beuh ! Un couple qui filme et découpe des gosses sur une bache c'est assez dégueux à imaginer). Bref, toutes ces exagérations et le fait que les mêmes personnages se croisent tout le temps donnent un coté "histoire" dans le sens non-réaliste de la chose, et c'est d'ailleurs marrant de voir la presse démonter l'invraisemblance du scénar alors qu'il ne s'agit aucunement d'une trame réaliste mais d'une sorte de conte initiatique dans les profondeurs du mal moderne, on remplace la maison en sucre par une maison de pédophiles remplie de jouets, le méchant loup par un clochard ou un pimp, la bonne fée par une prostituée et on obtient quelque chose d'un poil racoleur dans le glauquouille mais qui a le mérite d'être suffisamment étrange et rythmé pour mériter un visionnage, voir un possedage (m'en fous si ça n'existe pas).

Le très joli générique de fin éclaire la lanterne de ceux qui n'auraient pas été assez vifs pour comprendre le but et l'angle du film. Malheureusement la presse, sauf mad movie, n'est pas restée jusqu'au bout, bah oui la presse généraliste c'est une bande gros réacs intellos de gauche qui jettent leurs cigares de rage sur le tapis et qui vont chouiner sur les idées fascistes du film avec leurs potes bobo à l'entrée du ciné. De toute façon le cinéma un poil bis ça ne parle pas aux amateurs de la nouvelle vague. Ah truffaut, Ah Rohmer! Ouais bah ils nous emmerdent avec ça ! C'est pas parceque c'étaient presque les premiers à faire du cinéma potable en france qu'il faut continuer à vouloir glisser sur cette putain de vague (et puis j'aime pas les surfeurs), parceque Antoine Doinel il me les casse menu, j'ai beau chercher et pourtant j'en ai vu un paquet de films (et en plus j'étais au Lycée François Truffaut alors c'est dire...) mais voilà quoi ! Tout ce que je vois c'est du cinéma maniéré à la française, avec juste ce qu'il faut d'effets de styles pour montrer qu'on a fait l'école du cinéma. Non sérieusement ! Si les ricains ils aiment bien Truffaut c'est parceque ce sont des films folkloriques français, et ils aiment ça la tour Eiffel et tout et tout, "J'adoooore Paris, la france, les croissants, Francois Truffaut". Et si les bobos parisiens ils tripent dessus c'est parceque ça fait plus classe à sortir dans un vernissage que Brian Uzna. Pour moi c'est juste entre le joli et le chiant avec des textes trop écrits. Enfin là je m'emporte car je parlais d'un film qui n'est pas non plus grandiose, alors tout de suite ça décrédibilise. Mais ce qui m'a lancé c'est la revue de presse de running scared, parceque ça confirme encore tout le bien que je pense de la presse généraliste. Tiens bah rien que pour toi qui lit ce gros truc indigeste, je te fais un best-of des critiques :

un] thriller boursouflé et nauséeux, au goût d'autodéfense et de patriotisme.
Telerama


Patriotisme, hein ? Où ? Ah oui parceque le gars dit à un moment dans le film un truc du genre, "j'emmerde tes trucs russes et ta polka, t'es né en amérique, t'es américain, écoute donc de la bonne sik américaine". A télérama ils pratiquent plus d'anti-américanisme que ce film pratique de patriotisme, et puis l'humour c'est un truc qui dépasse l'intello politisé.

En plus d'être nul (mise en scène tape-à-l'oeil, surjeu permanent des acteurs, dialogues ineptes...) ce thriller racole véhicule malgré lui (?) des idées déplorables (...)
Studio


Bon il est clair qu'au niveau des dialogues c'est plutôt du genre : "Fuck ya, ya fuckin' piece of shit, i gonna fuckin blow yar fuckin' ass, motha fucka !" , ah c'est pas du audiard mais bon... ça sied à l'univers craspect du film. Ah et puis "il véhicule des idées déplorables", et ? C'est pas un cours de maintien de la comtesse de ségur. J'ai toujours du mal à voir où ils veulent en venir avec ces grandes phrases, un triste exemple pour la jeunesse, un film où on tue des gens ! Et après on nous parle de violence gratuite, ça c'est si on télécharge le film sans l'acheter sinon ça reste de la violence payante.

Bref en france on a inventé le cinéma mais on a pas inventé les grillades qui vont avec, ça ne veut rien dire comme phrase de conclusion mais j'ai envie de me rouler une clope alors il faut que je finisse ce pavé comme je peux.

ps : j'ai beaucoup de mal à imaginer ce que donnerait ce film en vf, ça doit être pathétique de retranscrire cette façon de parler dans notre langue, c'est peut être ça qui a chié le film en france.


Dernière modification le 18/06/06 à 04:03 par Swan
dimanche
18 juin 2006 à 02:06
 
 

Ah, et y'a un petit coté sin city en fait (mais sans narrateur). Pour son aspect polar trash avec des trucs oniriques et des personnages archétypaux. Bon allez, télécharge le, connard. Et puis si t'aimes, ça te fera une idée d'achat en dvd et ça rendra mon pavé moins inutile.


Dernière modification le 18/06/06 à 04:09 par Swan
dimanche
18 juin 2006 à 03:45
 
 

Je viens de voir Traffic : très bon film, même si

-il est un peu long;
-c'est le genre de film qu'on regarde que deux fois dans sa vie.

L'histoire est bien construite, je m'attendais à ce que les histoires se rejoignent totalement à la fin, mais ça n'est que (très) partiellement le cas. PoitrineCatherine Zeta-Jones tient un rôle très intéressant de "veuve" éplorée mais qui va au bout des choses.


dimanche
18 juin 2006 à 16:13
 
 

Je viens de voir "Silent Running" et à la fin, forcément, j'ai pleuré...


dimanche
18 juin 2006 à 17:21
 
 

Bon ce soir ce n'est pas forcement un film que j'ai aimé mais un qui me laisse dubitatif. J'ai entendu plusieurs sons de cloche sur ce film et en effet c'est quand même du n'importe quoi. Ce film c'est Chicken Little, si si, alors je m'attendais à un truc classique avec quelques références pour les adultes, des blagues coussins-péteurs-like pour les enfants, des bons sentiments et des chansons. Bah en fait c'est ça sauf qu'il faut être cocaïnomane pour suivre le rythme. Ah y'a de bonnes répliques et de l'humour suréaliste mais on dirait un 33 tours passé en 45. C'est pas étonnant que les gamins de nos jours soient hyperactifs car dans la plupart des dessins animés actuels les personnages ressemblent à des raveurs sous exta qui tripent devant des HP, je m'étais déjà fait la réfléxion en regardant le truc qui s'appelle tfou, une sorte de club dorothée avec des presentateurs en cgi assez cheap qui présentent des dessins animés, si vous tombez là dessus (si ça existe toujours) vous verrez qu'ils ne tiennent pas en place et qu'ils se dandinent sur place comme des toxico en pleine crise de manque, alors je ne sais pas si c'est une technique pour contrôler l'esprit des enfants ou si c'est simplement parceque les animateurs ne maitrisent pas trop l'animation par image clé, mais en tous cas c'est très frénétique. Et bien Chicken Little c'est ça, ça s'enchaine super vite, ils parlent tous comme si ils avaient pris du speed, une blague à la seconde, un truc complètement décalé comme le cochon borderline qui se calme en chantant "I will survive", un lieu différent toutes les minutes, bref c'est épuisant. L'explication est très certainement que les animateurs de disney (pas pixar attention) ne savent pas gerer le rythme de l'animation par ordinateur, aucun temps d'arrêt entre les mouvements et entre les dialogues sauf pour créer un froid ou pour souligner le fait qu'un des deux protagonistes est en train de réfléchir à ce qui vient d'être dit. Le film ne respire donc pas et ne crée aucun contraste dramatique. Ah et puis c'est quand même un peu moche, une regression de 10 ans dans le rendu visuel.

Reste quelques scènes rigolotes et l'impression d'assister à un truc un peu psyché, on passe son temps à se demander combien de kilos de coke ce film a couté et au final ça passe vite, alors bon...


Dernière modification le 19/06/06 à 02:01 par Swan
lundi
19 juin 2006 à 01:59
 
 

Swan a écrit
L'explication est très certainement que les animateurs de disney (pas pixar attention) ne savent pas gerer le rythme de l'animation par ordinateur


Qu'est-ce qui les distingue d'après toi ? Du peu que j'ai vu je trouve que ça se ressemble plus ou moins, tant au niveau de la structure que de l'esthétique.


lundi
19 juin 2006 à 12:08
 
 

Bah j'ai tous les pixar en dvd et je n'ai jamais eu cette impression de torchage, et avec Chicken Little ma dulcinée et moi même nous sommes fait cette reflexion : CL est beaucoup trop hystérique et bien plus maladroit en terme de découpage qu'un pixar, c'est assez difficile de trouver un exemple précis mais on le sent très clairement. Certes, la diction des personnages est également rapide dans les pixar, mais leurs films ne passent pas leur temps à courir courir, parler, blaguer, courir, un plan sur un personnage différent toutes les 1 à 3 secondes, pif paf boum, générique de fin. Y'a des scènes comme ça dans les Pixar mais pas tout le film.


Dernière modification le 19/06/06 à 23:58 par Swan
lundi
19 juin 2006 à 23:54
 
 

Arf, ce genre de découpage abusé fait penser à du J.M.Poiré (les Anges Gardiens) qui se prend pour michael Bay qui se prend pour Peckinpah. A croire que les plans fixes sont devenus complètement has-been... s'd'un navrant !












mardi
20 juin 2006 à 14:58
 
 

La faute a MTV.
Pis avec leur bombe, là, ils ont tout déréglé, là. Y a qu'à voir comme la nuit tombe vite sur SanFrancisco dans X-Men3.
J'achève de plusser Requiem For A Dream et American Beauty, et je relance avec Un Jour Sans Fin, stoire d'être plus léger. Le meilleur rôle de Bill Murray avant Lost in Translation.


mardi
20 juin 2006 à 17:47
 
 

Factotum url : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=60767.html


mercredi
21 juin 2006 à 11:32
 
 

Pisto
#233 50cc

Je ne dirais pas un film que j'ai particulièrement aimé, mais le seul qui me rend malade (et dans le 1er sens du terme, il me donne vraiment la gerbe), c'est "Né un 4 juillet" d'Oliver Stone. A voir


Dernière modification le 22/06/06 à 20:24 par Pisto
jeudi
22 juin 2006 à 20:23
 
 

pas encore cité, je crois !



C'est réparé ^^


jeudi
22 juin 2006 à 21:58
 
 

La miniature du dernier article m'a poussé à revoir The Thing de John Carpenter. Y'a bon.


samedi
24 juin 2006 à 20:03
 
 

Je l'ai découvert il n'y a pas longtemps. Boten Anna. url : http://basshunter.m0o.eu/anna/


vendredi
30 juin 2006 à 21:16
 
 

JustineF
#237 3615 myliFe

Curare a écrit
Je l'ai découvert il n'y a pas longtemps. Boten Anna. url : http://basshunter.m0o.eu/anna/


Pour l'instant, c'est LE tube de l'été, pour moi, en ballotage favorable avec Marilou - Mon coeur fait boom boom.

Si vous avez d'autres prétendants au titre, je suis preneuse !


vendredi
30 juin 2006 à 23:22
 
 

Curare a écrit
Je l'ai découvert il n'y a pas longtemps. Boten Anna. url : http://basshunter.m0o.eu/anna/

JustineF a écrit
Pour l'instant, c'est LE tube de l'été, pour moi ...


C'est une blague ??


samedi
01 juillet 2006 à 00:07
 
 

JustineF
#239 3615 myliFe

AmdC a écrit
Curare a écrit
Je l'ai découvert il n'y a pas longtemps. Boten Anna. url : http://basshunter.m0o.eu/anna/

JustineF a écrit
Pour l'instant, c'est LE tube de l'été, pour moi ...


C'est une blague ??

Au même titre que la Macarena en son temps et que numanumayé il y a deux ans !... :)

(il me semble que j'ai raté celui de l'été dernier, d'ailleurs... c'était crazy frog ?)


Dernière modification le 01/07/06 à 00:34 par JustineF
samedi
01 juillet 2006 à 00:33
 
 

Putain de grenouille !


samedi
01 juillet 2006 à 00:35
 
 


Répondre au sujet

Vous devez être identifié pour participer à ce topic.